LA FRATERNITE avec les migrants d’après Fratelli tutti

Je prends le temps d'entrer dans le silence, de déposer ma vie et tout ce qui la tisse devant Dieu. Je me rends présent au Seigneur, attentif à ses paroles. Donne-moi la grâce Seigneur de vivre ce temps dans la joie et la confiance en toi. Au nom du Père, et du Fils. Amen.

Chant ubi caritas

UN CŒUR OUVERT AU MONDE

128. Si l’affirmation selon laquelle tous en tant qu’êtres humains nous sommes frères et sœurs n’est pas seulement une abstraction mais devient réalité et se concrétise, cela nous met face à une série de défis qui nous bouleversent, nous obligent à envisager de nouvelles perspectives et à développer de nouvelles réactions.

                Je lève les yeux vers le Seigneur en pensant à tous ceux que je rencontre au quotidien. A tous ceux que nous nommons migrants, dont nous nous occupons et qui habitent le quartier

Je prends le temps d’évoquer leur visage   ………………………..

En union avec tous ces visages évoqués et, par le Christ, nous nous adressons au Père, à notre Père à tous

Ensemble   Notre Père ……

La  DIGNITE humaine de tout homme

39 Les migrants ne sont pas jugés assez dignes pour participer à la vie sociale comme tout autre personne et l’on oublie qu’ils ont la même dignité intrinsèque que quiconque.

Il est inacceptable que les chrétiens partagent cette mentalité et ces attitudes, faisant parfois prévaloir certaines préférences politiques sur les convictions profondes de leur foi : la dignité inaliénable de chaque personne humaine indépendamment de son origine, de sa couleur ou de sa religion, et loi suprême de l’amour fraternel

74 Une personne de foi peut ne pas être fidèle à tout ce que cette foi exige d’elle, et pourtant elle peut se sentir proche de Dieu et penser avoir plus de dignité que les autres. Mais il existe des manières de vivre la foi qui favorisent l’ouverture du cœur aux frères ; et celle-ci sera la garantie d’une authentique ouverture à Dieu.

85 Dieu aime chaque être humain d’un amour infini et « il lui confère ainsi une dignité infinie »

107 dignité de personne humaine qui ne repose pas sur les circonstances mais sur la valeur de son être.

Je me resitue devant le Seigneur au milieu de tous mes frères sur un même plan d’égalité ni en dessus ,ni en dessous  …………….

Chant ouvre mes mains Seigneur

La richesse de LA RENCONTRE

30…., c’est la proximité, c’est la culture de la rencontre. Isolement non, proximité oui. Culture de l’affrontement non, culture de la rencontre, oui ».[28]

Ainsi, la peur nous prive du désir et de la capacité de rencontrer l’autre ».[45]

81. Ce qui est proposé, c’est d’être présent aux côtés de celui qui a besoin d’aide, sans se soucier de savoir s’il fait partie ou non du même cercle d’appartenance.

87. « Je ne communique effectivement avec moi-même que dans la mesure où je communique avec l’autre ».[63] Cela explique pourquoi personne ne peut expérimenter ce que vaut la vie sans des visages concrets à aimer.

88 Faits pour l’amour, nous avons en chacun d’entre nous « une loi d’‘‘extase’’ : sortir de soi-même pour trouver en autrui un accroissement d’être ».[66] Voilà pourquoi l’homme doit de toute manière mener à bien cette entreprise : sortir de lui-même.[67]

89 En revanche, l’amour authentique, à même de faire grandir, et les formes les plus nobles d’amitié résident dans des cœurs qui se laissent compléter.

 

NOUS POUVONS RELEVER UN MOT UNE EXPRESSION QUI NOUS ONT TOUCHES (on peut redire ce qui a été déjà dit.

 Chant  Tcheuma -  entre trois expressions

Frères non côte à côte mais DANS UN NOUS

     149. Pour stimuler une saine relation entre l’amour de la patrie et l’intégration cordiale dans l’humanité vue dans sa totalité, il est bon de rappeler que la communauté mondiale n’est pas le résultat de la somme des pays distincts, mais la communion même qui existe entre eux, l’inclusion mutuelle qui est antérieure à l’apparition de tout groupe particulier. Chaque groupe humain s’intègre dans ce réseau de communion universelle qui trouve là sa beauté

Prière finale      en lien avec les croyants d’Ukraine

Mon fils/ma fille, qui es sur la terre,

 Fais que ta vie soit le meilleur reflet de mon Nom.

Engage-toi pour mon Règne à chaque pas que tu fais,

 Dans chaque décision que tu prends,

Dans chaque attitude et chaque geste.

Construis-le pour moi et avec moi.

C’est là ma volonté sur la terre comme au ciel.

Reçois le pain de chaque jour,

Conscient que c’est un privilège et un miracle

Je pardonne tes erreurs, tes chutes, tes abandons

Mais fais de même face à la fragilité de tes frères.

Lutte pour plus de justice et de paix

Et je serai à tes côtés.

N’aie pas peur : Le mal n’aura pas le dernier mot.

 

 

(Traduit d’après José Maria Rodriguez Olaizola s.j., Revue Jesuitas, Primavera 2017, p. 9

Chant   laisserons nous à notre table

2016-01-17_0022_c_Trung-Hieu_Do.jpg