Un Carême avec le Pape François - 2

par Philippe Boudet, diacre

6423761-29945769.jpg

UN TEMPS POUR VOIR

 

« S’approcher et se laisser atteindre par ce que l’on voit. »

 

Le pape nous parle « d’une autre pandémie : le virus de l’indifférence ! »,  Comme s’il n’y avait que « moi qui compte », une tendance à « vivre dans la récrimination continuelle » ; ce qui me conduit à « perdre le sens de la solidarité et de la fraternité avec le reste de nos frères et sœurs. »

Et également c’est tellement plus facile « de me souvenir de la culpabilité des autres pour proclamer ma propre innocence. »

Me mettre au centre de tout et au-dessus de tout !

 

Vis-à-vis de la création, qu’elle est mon attitude ? « Le monde est le Don de Dieu pour nous. » « Le récit de la création le dit ‘ Dieu vit que cela était bon ’, ce qui signifie abondant, vivifiant et beau ».

« Nous nous sommes habitués à posséder, mais trop peu à remercier. »                      Et pourtant, « si quelqu’un t’aime et te fait un beau et précieux cadeau, comment l’accueillir ? Le traiter avec mépris, c’est mépriser celui qui te le donne. Si tu l’apprécies, tu en es fier, tu en prends soin, tu le respectes et tu es reconnaissant. »                                                                                                           

Tout se tient ; « nous devenons sourds au cri des pauvres et au cri de la nature. A mesure que nous perdons notre sens de la gratitude pour le don de Dieu et de la Création, nous cessons de nous apprécier les uns les autres et de valoriser le monde créé. »

C’est « notre péché : ne pas reconnaître la valeur des choses, vouloir posséder et exploiter ce que nous n’apprécions pas comme un don. »

 

Le pape nous invite à découvrir nos « Covid personnelles » pour trouver ce que nous devons changer dans nos vies : trouver "l’état dont nous avons désespérément besoin d’être sauvés."

« Le Carême est un temps pour croire, c’est-à-dire pour recevoir Dieu dans notre vie et pour le laisser “établir sa demeure” en nous (cf. Jn 14, 23). Jeûner consiste à libérer notre existence de tout ce qui l’encombre, même de ce trop-plein d’informations, vraies ou fausses, et de produits de consommation pour ouvrir la porte de notre cœur à celui qui vient jusqu’à nous, pauvre de tout mais « plein de grâce et de vérité » (Jn 1, 14) : le Fils du Dieu Sauveur. »

 

(Message du Pape pour le Carême 2021)

A suivre...